Festival de l’angoisse

Qui aime bien châtie bien ( Ouh la la çà promet ! )

Je suis allé voir le film « Nous resterons sur Terre » hier au Rex au « Festival du Film Santé Nature »  organisé par l’association écolo EPLP. Impressions…

Tout d’abord une critique du film :

Réalisé par deux personnes du monde de la publicité, ce long métrage appuie une fois de plus copieusement sur le filon du catastrophisme et des images déjà vue 1000 fois de la nature violée et de l’homme maltraité : élevages de poulet industriels, ville abandonnée de Tchernobyl, navires au milieu du désert de la mer morte, enfant au milieu des poubelles de l’Inde, et tout çà sur un fond de musique classique anxiogène qui n’a rien à envier aux brutalités schizophrènes d’ « Orange mécanique » ou de la scène sous la douche du film « Psychose ». Bref fallait avoir les tripes bien accrochées pour aller jusqu’au bout. Il fallait aussi chercher beaucoup pour trouver des pistes d’espoir au travers des analyses et commentaires de la brochette de prix Nobels de la paix et philosophes interviewés : ex président Russe Gorbatchev, philosophe Edgar Morin, James Lovelock… En gros le plus positif était encore Morin avec sa phrase « Plus on avance dans la crise plus on devient imaginatifs et réceptifs aux solutions nouvelles pour en sortir ». Ok, c’est un début, mais pas de quoi crier Eureka.

Le constat reste donc toujours le même : on va droit dans le mur, et les deux réalisateurs-publicitaires, traitent ce postulat sous la forme d’un clip musical un peu hallucinatoire et très cru.

Images traumatiques

Ma question est : Depuis le temps qu’on balance des images choc, des constats violents, des documentaires engagés sur l’état catastrophique de notre civilisation suicidaire, même si tout cela est terriblement vrai, cette manière de passer le message as-telle vraiment fait avancer les mentalités ?

Personnellement, j’ai tendance à penser que cela peut convenir à un certain public, qui a besoin d’image simples et choc pour se rendre compte. Mais pour beaucoup d’autres cela peut avoir l’effet de lasser, et peut être pire, de démobiliser dans le style « Pourquoi faire des efforts puisque de toute façon on est tous foutu ». C’est un réflexe compréhensible, mais particulièrement dangereux car nuisible à la capacité d’agir.

De manière générale je pense que lorsque cela est possible, il faut innover pour que ce même message soit passé de manière originale et créative, sans  dédramatiser ou tourner en dérision une situation qui reste critique, il est certainement possible d’utiliser d’autres registres pour susciter l’intérêt et l’engagement du plus grand nombre pour relever ce défi de civilisation.

Toujours le même public

Concernant le public, la salle était pleine, de rares places vides, c’est donc un succès pour l’association EPLP. Par contre en regardant les têtes dans la salle, il y a de quoi rester dubitatif : je pense pouvoir dire que seul le petit peuple déjà écolo-convaincu, sauf une ou deux exceptions, avait fait le déplacement. Leaders associatifs, professionnels du monde de l’environnement, mamies retraitées végétariennes et shootées à « silence çà pousse », jeunes gauchistes au poil touffu… bref, une joyeuse troupe bien sympathique mais beaucoup de consanguinité dans tout çà.

Moi j’aurai aimé voir tout le peuple de Calédonie : le broussard, le mec de la tribu, le mec des quartiers, l’ouvrier du bâtiment, le promoteur-défiscalisateur-bétonneur, des politiques, le wallis, le viets, bref monsieur tout le monde… Pour que le débat s’anime, pour que les réalités de chacun se croisent, se confrontent, se rejoignent aussi…

Pour arriver à susciter l’intérêt de tous, je pense qu’il faut varier les discours, les modes de communication, les lieux d’échanges… « yaka »  mais c’est très très compliqué c’est sûr…

Heureusement pour la suite du festival, le ton des films à l’air de s’adoucir un peu et de varier les approches, même si je pense que dans l’ensemble on restera bien dans la perspective des films engagés et dénonciateurs, donc n’hésitez pas : téléchargez le programme et rendez-vous au REX, et surtout apportez votre esprit critique avec vous et participez au débat !

Et encore bravo et merci à l’association Ensemble pour la Planète pour cette initiative !

Publicités
Cet article, publié dans Agenda, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Festival de l’angoisse

  1. revermont dit :

    Merci et bonjour « écoloducai lou » pour ce commentaire avisé et « poil à gratter ». Personnellement je te rejoins sur pas mal de points notamment sur le catastrophisme des films,(j’ai eu le temps de le constater car j’ai fait le montage des bandes annonces pour EPLP) et sur le public convaincu et acquis à la bonne cause écolo (dont je fais partie aussi).
    Pourtant il faut bien un début à tout et gageons que ce Festival arrive aux yeux et aux oreilles de ce public multiple et varié que tu décris et dont tout organisateur de Festival « communicant rêve d’avoir.

  2. mercier dit :

    J’étais également à la séance de ce film…Je te rejoins effectivement dans ton analyse du film, et de ce genre de film.
    Mais il faut avouer que ce film à l’intérêt de nous rappeler la réalité des choses, même si on sait très bien que notre mode de vie consumériste repose sur une exploitation irraisonnée de nos ressources. Parfois, c’est bon d’avoir des piqures de rappel (Une des premières images du film m’a vraiment fait frémir, en voyant la coupe d’un arbre par une pelle suréquipée…on aurait dit une scène d’ALIENS…).
    Par contre, dommage qu’aucune proposition claire, ni solution ne soit évoquée dans ce film.
    Mais j’espère que ce festival sera reconduit l’année prochaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s