WASHINGTON TABLE SUR UN CHOC PETROLIER IMMINENT – Et la Nouvelle Calédonie dans tout çà ?


S’il y a un sujet qui souffre d’un silence assourdissant en Nouvelle Calédonie c’est bien celui de la dépendance énergétique. Tout le monde a l’œil rivé sur l’échéance de 2014, on sent monter les courants idéologiques divers, les passions se réveillent progressivement, plus on se rapproche de cette date plus la tension monte, on parle accords de Nouméa, on parle indépendance, mais parle t’on de… dépendance (au pétrole) ? Sachant que sur le blog de grande qualité « Oil Man » (allez voir ici), un journaliste d’investigation sonne l’alerte, les problèmes concrets du manque d’or noir se feront sentir dès… 2015 ! A lire les rapports des états majors des armées de différents pays, à côté du monde qui nous attends, nos petits problèmes de souveraineté locale c’est de la gnognote les copains.

Matthieu Auzanneau, journaliste indépendant qui tient le blog « Oil man », met le doigt là où çà fait mal : de nombreux rapports des armées de divers pays, soulèvent une dure réalité à prendre en compte

« Le Pentagone publiait un rapport envisageant “une crise énergétique sévère” d’ici à 2015. Si elle advient, cette crise fera des dégâts colossaux, souligne l’état-major interarmées US. »

« 02 septembre 2010 – ‘Peak Oil’ : rapport cinglant de l’armée allemande révélé par Der Spiegel – Une étude de la Bundeswehr évoque une menace pour la pérennité de la démocratie et de l’économique mondiale ! »

Alors petit cours de « peak oil » pour les nuls :

Le pétrole c’est pas renouvelable, et le peak oil c’est simple, c’est comme si t’as une plate et 40 litres d’essence dans la nourrice, t’est déjà en train de trainer dans la passe et puis là tu sens que tu commence à dépasser la moitié de ta réserve, tu rajoutes un petit bidon de 5 litre qui trainait au fond du bateau puis tu continue, puis là tu voit que y a plus trop de réserves . Donc, çà craint un peu, t’as atteint ton « peak oil » c’est quand tu sais que maintenant tu trouvera plus trop de réserves et qu’il faut changer de cap ou rentrer sinon tu va finir à la dérive jusque chez les pokens.

Bon, le pétrole pas cher, on sent que c’est la fin là. Pas de réserves, c’est des prix qui montent. Et des prix qui montent ce sont des sociétés qui souffrent, des sacrifices, des choix cruels (encore plus dur que la situation financière de la province Sud en 2010 – donc c’est F.I.N. – D.U.R.).

Le nickel : pas de pétrole = pas de projets = pas de constructions = pas de demande d’acier inox = chute des cours du Nickel = perte des emplois = familles à la dérive.

Le tourisme : 500 000 Fcfp le billet d’avion Nouméa  – Auckland, prévoyez de casser la tirelire. Remplir nos hôtels ? hum… je crois que çà va pas être possible. (déjà que c’est pas la joie).

La France (qui paie qui paie) : elle paie plus. Déjà qu’elle est dans la mouise, les branleurs à 20 000 km de là elle en a plus rien à cirer, elle aura bien assez de problème à régler de son côté.

L’industrie et l’artisanat : avec quelles matières premières ? Pour vendre à qui  ? déjà que tout le monde a perdu son job c’est pas facile.

L’agriculture : Ah ! çà commence à devenir intéressant… apparemment on peut encore manger en travaillant la terre, même sans pétrole, c’est plus difficile mais toujours faisable, la preuve : y en a qui le font déjà.

Bon. C’est GROS comme problème. Mais malgré tout il est possible que la transition ne soit (peut être) pas aussi violente que çà. Peut être que les choses vont se faire de manière progressive, peut être que l’on arrivera à passer de plus de 90% de dépendance aux énergies fossiles sur le territoire à 0% en construisant un paquet d’éoliennes,  et en faisant des économies d’ici là. Mais permettez moi d’en douter un peu vu la tendance et l’état d’esprit actuel de la population et de nos dirigeants.

Lu sur le site du service de l’énergie du gouvernement NC : « Plus de 96% de l’énergie consommée a été importée, ce qui rend le territoire particulièrement vulnérable à une perturbation de ses approvisionnements et aux fluctuations des cours internationaux des énergies. »

Tu l’as dit bouffi !

Alors maintenant on fait quoi ?

Moi je vous le dit : on se bouge et on commence à réfléchir aux solutions.

(Ce sujet est particulièrement important et je pense qu’on a pas fini d’en parler).

Advertisements
Cet article, publié dans Le pétrole j'en raffole, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour WASHINGTON TABLE SUR UN CHOC PETROLIER IMMINENT – Et la Nouvelle Calédonie dans tout çà ?

  1. Ping : Fonds Nickel : enfin on commence à se poser les bonnes questions, mais la route est longue et semée d’embuches, il faut rester très vigilant ! | Ecolo du caillou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s