Premier post sur ce blog – L’écologie en calédonie, c’est pas gagné.


Alors parce qu’il faut bien commencer par quelque chose, prenons donc le thème général de l’écologie en Nouvelle Calédonie.

Je vais tenter de dresser un rapide panorama de la situation locale concernant l’environnement et le développement durable, tel que je l’observe dans les fait, et tel que je le ressent dans l’esprit de l’époque.

Premièrement tout le monde est d’accord : l’environnement c’est « bien », pas un mec pour vous dire le contraire, et surtout pas les politiques pour qui une bonne couche de vert fait toujours du bien, couche de cosmétique pour pas cher, un peu de communication, aux frais du contribuable, bien sûr.

Par contre quand on passe aux actes, il n’y a plus grand monde pour tenir la hauteur des enjeux et défis qui nous attendent. Les politiques sont décevantes, certes ces 5 dernières années il y a eu pas mal de progrès, au niveau des provinces par exemple, mais vu qu’on est parti de rien il était facile de faire des progrès.

Et maintenant ? Code de l’environnement en province Nord et en province Sud, récif inscrit au patrimoine mondial… c’est pas mal. Par contre si l’on regarde bien, à quoi sert un code qui n’est pas appliqué ? à quoi sert une inscription au patrimoine mondial si l’on n’engage pas les moyens suffisants pour préserver le bien ?

L’actualité de l’environnement en Nouvelle Calédonie, aujourd’hui fin 2010, c’est surtout la poursuite de l’érosion de la biodiversité à grande vitesse, sous les roues des machines de l’industrie minière, ou sous les pelleteuses des aménageurs, chaque jour, inexorablement, des hectares de forêt primaire sont défrichés, de manière irréversible. L’actualité c’est aussi 2 nouvelles centrales à charbon en préparation, sans propositions alternatives, les industriels et les distributeurs d’électricité réalisent leurs calculs économiques à courte vue, et nous préparent un climat bien chaleureux, et un beau record mondial de premiers émetteurs de CO2 par habitant de la planète.

La réalité, c’est aussi un pays avec une dépendance énergétique de plus de 90%, et alors c’est quoi le plan B pour la suite ? quand l’approvisionnement d’énergie fossiles viendra à manquer (très prochainement) qu’est ce qu’elle deviendra l’économie du territoire ?

Pour le moment les préoccupations de la population et des politiques sont bien loin de toutes ces considérations. Il faut d’abord préparer les jeux du pacifique de 2011, à grand coup d’investissements dans des infrastructures aussi pharaoniques qu’inutiles et ingérables économiquement. Il faut aussi terminer la rénovation de l’aéroport international pour accueillir les touristes virtuels, qui sont censés arriver en masse (par quel miracle?) pour remplir les grand hôtels que l’on s’acharne à construire, pour le profit des cabinets de défiscalisation et promoteurs mafieux. Bref, aucun projet de société, une vision étriquée du développement, celle de la vieille garde, la même ligne droite conservatrice, qui mène à l’impasse. Signe d’un modèle de société dégénérescent, incapable de se réinventer lui même, entré dans son 3eme age, grabataire.

La pilule semble bien amère présentée ainsi, alors il faut l’enrober de vocabulaire sucré : « emploi », « retombées économiques », « croissance ». Pourtant sur ces aspects aucun compte n’est rendu aux citoyens (et contribuables) de ce pays, quel est le bilan réel de ces opérations ? Quand dans 10, 15, 20 ans, nous ferons le bilan de ce qui a été gagné, ou perdu, en matière économique, social et environnemental… à quoi cela ressemblera t-il ? Le spectacle actuel est inquiétant, entre inconscience, indécence et cynisme coupable d’une minorité de personnes qui construisent leur ascension économique personnelle sur le dos d’une majorité de citoyens, de leur environnement et de leur qualité de vie.

En parlant des citoyens, et « gens ordinaires », la situation n’est pas glorieuse là non plus. Il existe une majorité de personnes dans cette île qui, s’ils en avaient les moyens, n’agiraient pas autrement que de manière irresponsable du point de vue de l’environnement et d’eux même : surconsommation, confusion entre nécessité et superflu, confusion des désirs et au final, mal-être. Au mieux victimes de leur propre ignorance, et au pire, irresponsables et cyniques, et dont les racines de leur incivisme se loge dans le bourbier profond de leur bêtise congénitale.

Bon. Vu comme çà, le panorama est effrayant, je vous l’accorde. Mais n’allez pas vous pendre pour autant ! lâchez cette corde, descendez de votre chaise svp. Merci. La bonne nouvelle c’est qu’il y a de l’espoir et beaucoup de choses à faire.

Ce qu’il y a de mieux dans l’écologie, c’est que c’est le nouveau terrain d’aventure, il reste tout à inventer, tout à entreprendre, tout à construire. Il y en a qui se plaignent que notre siècle n’offre plus de défis, plus de grandes causes à défendre. Certains pensent que l’horizon est fermé, que l’on ne peut changer le cours des choses, que la machine s’est emballée, qu’il ne nous reste plus qu’à observer le spectacle. Heureusement que non !

Alors être « écolo » c’est quoi ? Si on oublie les clowns sympathiques (ou pas) du genre à s’attacher aux arbres, être écolo c’est avant tout être comme monsieur tout le monde, mais en plus se poser des questions, c’est redécouvrir le monde qui nous entoure avec un regard curieux.

Être écolo c’est être à la fois un observateur pragmatique et réaliste de la situation tout en étant un optimiste forcené qui déborde d’envie de comprendre et de construire.

D’ailleurs, la plupart des gens sont des écolos qui s’ignorent, tout d’abord bercés de quelques clichés sur la question, pensant a priori qu’il doit s’agir d’un club de hippies tripoteurs de mamelles de chèvres, ils s’aperçoivent un jour que c’est autre chose, un ensemble riche et complexe, ancré dans la réalité . L’écologie c’est s’intéresser aux gens, à la société, comprendre son fonctionnement et ses relations avec le monde physique qui nous entoure.

Donc un écolo c’est quelqu’un qui s’intéresse aux hommes et à leur devenir, et pas seulement au cul des oiseaux et à la chlorophylle !

Publicités
Cet article, publié dans Banalités, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Premier post sur ce blog – L’écologie en calédonie, c’est pas gagné.

  1. franck dit :

    longue vie et pleins de bonnes choses…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s